mercredi 22 mai 2013

Un guide pratique sur le stationnement réservé aux personnes handicapées.

(lien d’accès au guide en bas de billet).

Sans contester l’impérieuse nécessité de permettre aux PMR (handicapés) de stationner à proximité immédiate de leur domicile ou de leur point de destination, comme il est évoqué dans ce document ci-dessous, il serait utile d’avoir une réflexion (à la commission accessibilité de la Vile de Thionville) sur 4 points essentiels :

1) Sur les parkings publics : rendre le positionnement des emplacements visible dès l’entrée et pour l’avenir, disposer ces emplacements le plus proche de la voie publique et du dispositif d’encaissement.

Thionville - Passage des Bateliers - Parking cr~ 20-03-11 (3)Thionville - Parking fermé du Manège ~ 19.03.12 (15)

 

 

 

 

2) Les emplacements “privilégiés”: Thionville - Rue de Strasbourg - Stat Handicapés cr~ 14.10.10Plutôt que de répondre à des intérêts particuliers en disposant un emplacement au droit de la résidence d’une PMR, il faut avoir la réflexion de disposer les 2% de places réservables en fonction des parcs de stationnement. A la disparition ou au déménagement de la PMR, la place peut sembler être “désertée”. Il convient aussi de réserver la carte aux réelles personnes (voir page 4 du Guide Juridique) concernées.

3) La gratuité : Thionville semble être la seule ville de la région à permettre la gratuité du stationnement pour les handicapés. Handicapé ne veux pas dire indigents et il pourrait être considéré comme une discrimination positive indue.

4) La disposition des emplacements : (point déjà développé par Jean-Paul CASPAR, de l’APEI) jusqu’à récemment, l’accès des PMR se faisait par le côté. Depuis, la technologie d’équipement des véhicules a évolué permettant l’accès par l’arrière. De ce fait, les emplacements devront s’adapter à ce changement.

image

Article Localtis : Publié le mardi 21 mai 2013.

Source : http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250265226775&cid=1250265209616

La délégation ministérielle à l'accessibilité des ministères du Logement et du Développement durable publie un "guide juridique et pratique à l'usage des collectivités territoriales", consacré au stationnement réservé aux personnes handicapées ou à mobilité réduite. Bref (seize pages), mais très complet, ce document est conçu comme un véritable outil de travail pour les communes, et plus spécialement celles de taille petite ou moyenne.
Après un rappel sur la carte de stationnement, il passe en revue - sous forme de questions-réponses - les différentes obligations des collectivités territoriales en la matière. Il précise ainsi sur quelles voies le maire peut réserver des places de stationnement pour les personnes handicapées ou celles à mobilité réduite (PMR). Outre les voies publiques et les voies privées ouvertes à la circulation publique, la liste inclut les voies et parkings des centres commerciaux et, de façon plus générale, les voies et parkings desservant des établissements recevant du public (ERP) : écoles, mairies, musées, cinémas, commerces... Le guide précise aussi les modalités de signalement des places réservées, avec l'obligation d'une double signalisation verticale (panneau) et horizontale (marquage au sol). Dans le même esprit, il explique la signification de l'expression "place de stationnement aménagée", qui obéit à de nombreuses normes et contraintes (largeur minimale de 3,3 mètres, pente et dévers transversal inférieurs à 2%, sol non meuble et non glissant...).

Des dérogations sont possibles

Face à ces contraintes de mise en œuvre, le guide explique aussi ce qui peut être fait lorsqu'il est impossible de concevoir une place de stationnement aménagée. Dans le cas général, une dérogation peut être accordée par l'autorité gestionnaire de la voirie, après consultation de la commission consultative départementale de sécurité et d'accessibilité (CCDSA). Dans le cas particulier des places de stationnement réservées dans les parkings des ERP, ces dérogations ne peuvent concerner que les ERP existants et ceux créés par changement de destination. Elles sont alors accordées par le préfet après consultation de la CCDSA. Le guide comble aussi un vide de la règlementation - pourtant très stricte - en précisant la longueur des places de stationnement réservées aux personnes à mobilité réduite et aux PMR. Il recommande une longueur de 7 à 8 mètres (au lieu des 5 mètres habituels), afin de permettre une sortie par l'arrière du véhicule.
Autre rappel utile : le pourcentage (2%) des places qui doivent être réservées sur le territoire. Bien que cela soit juridiquement possible, le guide déconseille de réserver une place en bas de chez elles aux personnes handicapées ou PMR qui en font la demande. Il conseille plutôt au maire d'avoir une "réflexion globale" sur la question. Cette dernière doit être traitée à travers deux documents : le Pave (plan de mise en accessibilité de la voirie et des espaces publics) et le PDU (plan de déplacements urbains). De même, le guide rappelle qu'il n'y a pas d'obligation de gratuité pour les places réservées aux personnes handicapées et PMR. La décision en la matière appartient au conseil municipal ou à l'organe délibérant de l'EPCI. Enfin, le guide se garde d'oublier le rappel des contraventions auxquelles s'exposent les conducteurs valides qui ne respectent pas les emplacements réservés. Attention toutefois : les procès-verbaux dressés par les agents de police ne sont légaux que si un arrêté municipal a été pris pour réserver la place de stationnement et si cette place est signalée sans équivoque comme destinée aux personnes handicapées. 

Jean-Noël Escudié / PCA Source :


Plus d’info : Le stationnement réservé aux personnes handicapées ou à mobilité réduite Guide juridique et pratique à l’usage des collectivités territoriales : http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Stationnement-reserve-handicapes.pdf

image

1 commentaire:

  1. comme toujours Yves voila un bon travail
    bravo
    Robert Malgras

    RépondreSupprimer